Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foucault

  • Quelle écriture pour l'Histoire du Cinéma? /4

     

    L'historien de cinéma d'aujourd'hui est confronté à l'évolution de son statut. Il s'agit le plus souvent d'un universitaire, qui s'inscrit donc dans une logique disciplinaire peu encline à admettre les approximations, le raisonnement intuitif, ou analogique (qui prévaut encore chez les critiques). A partir des années 60, le cinéma devient un objet d'étude primordial en même temps que légitime pour les plus grands intellectuels (Foucault, Barthes, Morin, Deleuze, ...). Le développement d'institutions publiques insistant sur la dimension patrimoniale du cinéma à travers des politiques conjointes de conservation et de diffusion du film (cinémathèque, ciné-clubs, festivals) légitime définitivement le cinéma comme « art » et comme « pratique culturelle » majeure. L'accès au film s'améliore, en même temps que la production augmente. La circulation internationale des films grandit, de nouvelles aires géographiques sont « découvertes » en occident, grâce au travail des revues, des festivals, et des cinémathèques. C'est aussi à partir des années 60 que des disciplines se développent à l'Université : sociologie, anthropologie, économie sociale et politique, ... La sémiotique, la psychanalyse, ... deviennent des outils d'analyse du film.

     

    a-bout-de-souffle.jpg

     

     

     

    Imaginons une posture idéale de l''Historien du cinéma... Aujourd'hui celui-ci ne peut s'affranchir de cet héritage conceptuel et méthodologique. Le premier changement majeur par rapport aux historiens d'avant la rupture épistémologique que constitue le Postmodernisme (on questionnera plus loin la portée réelle de ce courant philosophique) intervient quant au statut de l'écrivant. Brunetta le souligne bien : « Le chercheur est aujourd'hui conscient de la précarité et de la modification permanente des jugements ». Dès lors, l'instabilité du jugement peut conduire à trop vouloir enserrer celui-ci dans un faisceau de validations scolastiques. C'est un piège qui guette l'historien : assumer une part de subjectivité dans son rapport à l'écriture est essentiel. C'est bien sûr une marque de confiance à l'égard du lecteur (et tant pis pour la scientificité) mais c'est surtout une manière d'insister sur le caractère fondamental de l'Historiographie comme art de la transmission. L'historiographe est celui qui écrit « l'histoire de son temps », l'historien est l'auteur de travaux historiques... Si caractère d'impermanence de ce travail il y a, il doit donc permettre l'intégration, dans le mouvement même de l'écriture, d'une part de subjectivité, et de personnalisation. L'expérience esthétique est indissociable de l'analyse de l'œuvre. Dialectiser l'une et l'autre permet de toucher à l'exigence de complexité propre au monde actuel. Faire œuvre d'historien implique un travail de choix et de hiérarchisation ; les mises en perspective, les problématiques soulevées, les conclusions amenées, s'inscrivent ainsi dans le cadre d'une expérience humaine énoncée et circonscrite. D'une certaine manière, c'est là dérive postmoderne, qui tutoie le champ du relativisme en remettant au cœur du processus de l'écriture l'individu écrivant -tout en prétendant le contraire : l'individu se dissimule tout simplement derrière le jeu des simulacres et des reflets.

     

     

  • Teresa de Lauretis à propos de M.Butterfly

    Queer.jpg

    Dans Théories Queer et culture populaire : de Foucault à David Cronenberg (Ed. La Dispute, 2007), Teresa de Lauretis a ce mot à propos de M. Butterfly de David Cronenberg, un cinéaste que Tausend Augen suit depuis très longtemps (lire notamment le dossier qui lui est consacré dans le n°7 de la revue) :

    "Le film ironise et déconstruit le récit culturel de la féminité qui est celui du livret de l'opéra en montrant qu'il s'agit d'un fantasme orientaliste fondé sur des hiérarchies de genre, de race et sur une domination politique." (p.166)

    TA07_couv.jpg

    Probable que nous ayons à revenir une nouvelle fois sur Cronenberg dans nos pages...

  • Assemblages terroristes. Homonationalisme en temps de Queer

    Terrorist Assemblages. Homonationalism in Queer Times de Jasbir Puar (Duke University Press, 2007)

    Présentation et lecture en anglais avec l'auteure, pour notre lectorat berlinois, lors de la prochaine Montag Praxis.

    ATTENTION, la Montag Praxis aura lieu … mardi ! 17 juin 2008 à 20h00 Uhr, comme d’habitude à b_books, Lübbener Str.14, 10997 Berlin

    TAHIQT.jpg


    In Terrorist Assemblages. Homonationalism in Queer Times, Jasbir K. Puar argues that configurations of sexuality, race, gender, nation, class, and ethnicity are realigning in relation to contemporary forces of securitization, counterterrorism, and nationalism. She examines how liberal politics incorporate certain queer subjects into the fold of the nation-state, through developments including the legal recognition inherent in the overturning of anti-sodomy laws and the proliferation of more mainstream representation. These incorporations have shifted many queers from their construction as figures of death (via the AIDS epidemic) to subjects tied to ideas of life and productivity (gay marriage and reproductive kinship). Puar contends, however, that this tenuous inclusion of some queer subjects depends on the production of populations of Orientalized terrorist bodies. Heteronormative ideologies that the U.S. nation-state has long relied on are now accompanied by homonormative ideologies that replicate narrow racial, class, gender, and national ideals. These “homonationalisms” are deployed to distinguish upright “properly hetero,” and now “properly homo,” U.S. patriots from perversely sexualized and racialized terrorist look-a-likes—especially Sikhs, Muslims, and Arabs—who are cordoned off for detention and deportation.

    Puar combines transnational feminist and queer theory, Foucauldian biopolitics, Deleuzian philosophy, and technoscience criticism, and draws from an extraordinary range of sources, including governmental texts, legal decisions, films, television, ethnographic data, queer media, and activist organizing materials and manifestos. Looking at various cultural events and phenomena, she highlights troublesome links between terrorism and sexuality: in feminist and queer responses to the Abu Ghraib photographs, in the triumphal responses to the Supreme Court’s /Lawrence/ decision repealing anti-sodomy laws, in the measures Sikh Americans and South Asian diasporic queers take to avoid being profiled as terrorists, and in what Puar argues is a growing Islamophobia within global queer organizing.

  • Patrick Cardon / Homosexualités et anthropologie criminelle

    « L'inversion sexuelle [...] va devenir une des questions de l'avenir ».
    Marc-André Raffalovich (1896)

    e96e37cf50cdbdc6bcfe270ad906cea3.jpg

     

     Patrick Cardon 
     Discours littéraire et scientifique fin-de-siècle. La discussion sur les homosexualités dans la revue du Dr Lacassagne, Les Archives d'anthropologie criminelle (1886-1914) ­autour de Marc-André Raffalovich 
     Ôrizons, 2008, collection "homosexualités"  
      De 1886 à 1914 paraissent les Archives d'anthropologie criminelle qui veulent révolutionner la notion de criminalité (école française de Lacassagne contre école italienne de Lombroso). Les débats sur l'homosexualité y sont particulièrement importants. Tout en donnant un aperçu sur la conception typiquement fin-de-siècle de cette sensibilité, ils mettent en avant la personnalité toute littéraire de Marc-André Raffalovich qui tenta de devenir le Magnus Hirschfeld français. 
    6e3cacae3877dcbefa01f2cdbe15e11e.jpg



    Patrick Cardon, docteur ès-Lettres et diplômé de Sciences Politiques présente ici un travail qu'il a actualisé depuis plus de vingt ans et qui a inspiré l'édition de nombreux textes précieux pour l'histoire culturelle des homosexualités au sein de Gay Kitsch Camp (Question De Genre / GKC)

    La collection « homosexualités » répond à un besoin d'accessibilité rapide aux documents et études nécessaires à l'élaboration actuelle de l'histoire culturelle pluridisciplinaire dite LGBTQI (lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre, queer et intersexe). Ce sera la continuation de la bibliothèque tentée par Michel Foucault. Et dans son esprit.

    c8a024295b02df3dc50994a6028b4d0e.jpg

     

    www.GayKitschCamp.com