Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Perry Anderson

  • Un nouveau né prometteur

    On vous parlait dans un billet précédent de Perry Anderson et de ses mots sur le désert éditorial de la presse d'idées française. Lassés de la misère du Monde des Livres, certains ont décidé de créer un pendant français au TLS, à la New York Review of Books et, entre autres, à la London Review of Books.

    Ce nouveau bébé s'appelle donc La revue internationale des livres et des idées.

    f782c3655c722650bc3714778b8a9fb1.jpg
     
    Voici leur texte de présentation :
      

    Lancée par les éditions Amsterdam, la Revue internationale des livres et des idées, voudrait introduire dans le monde francophone, en la renouvelant, la tradition que le Times Literary Supplement, la New York Review of Books, la London Review of Books et, plus récemment, Bookforum ont contribué à inventer, à maintenir et à développer dans le monde anglophone.

    La Revue internationale des livres et des idées se veut
    — une revue de débat, attachée à la mise en évidence de la dimension politique des savoirs et des idées, à la mise au jour des lignes de partage, des points de rencontres, des points forts et des points aveugles des positions intellectuelles et politiques existantes ou émergentes, dans toute leur diversité;
     — une revue critique, consacrée presque exclusivement à l’actualité du livre, de la pensée et de la recherche, aux essais les plus innovants, à la littérature de création, aux travaux les plus « critiques » – qui viennent troubler les savoirs établis et mettre en question les imaginaires sociaux et politiques ;
    — une revue d’actualité, intervenant dans le débat public, portant sur l’actualité un regard décalé et contribuant à la redéfinir ;
    — une revue transnationale, avec un tiers de comptes rendus de livres non disponibles en langue française, un tiers environ de contributeurs étrangers, une sélection d’articles des meilleures revues internationales et une attention toute particulière portée aux traductions ;
    — une revue ouverte sur la scène littéraire et intellectuelle internationale.

    On notera que la revue publie en plusieurs morceaux dès son premier numéro le texte d'Emilie Bickerton. Adieux to Cahiers que l'on avait lu dans la New Left Review.


    Enfin, comme une synthèse de la position sur laquelle s'est retrouvée une partie de la rédaction à la veille du premier tour des élections présidentielles, et en quelques sortes, comme réponse aux positions de Noel Burch publiées ici en trois épisodes (1, 2 et 3), la lecture de l'article de Jérôme Vidal, "Silence, on vote : les intellectuels et le Parti Socialiste" est chaudement recommandée !!

    En souhaitant bonne chance à l'équipe de cette revue,

     A suivre donc,

  • Du pain à "l'histoire totale"

    Roger Chartier a eu l'excellente idée de consacrer l'émission Les Lundis de l'Histoire sur France Culture, du 11 juin, à un long entretien avec l'historien américain Steven Kaplan.e5f056bdd0104feaaecbe5c6773354e7.jpg

    Spécialiste du pain, il lui a consacré de nombreux ouvrages, y trouvant un objet à partir duquel écrire une histoire totale propre à faire fuir les antitotalitaires de tout poils.

    A Braudel la Médittérannée, à Kaplan le pain.


     

     

     

     

    En publiant Adieu 89, il se met à dos toute une fraction d'historiens et d'intellectuels français embarqués avec François Furet dans leur relecture opportune de la Révolution.a862c2892c49c52f448c53819dcc5504.gif

     

     

     

     

     

     

     

    On lira à ce sujet, le formidable essai de l'historien anglais Perry Anderson publié en deux fois par la London Review of Books (ici en ligne : 1  & 2) et en français chez Gallimard.ec8c36ce0db4c66808689182f9e14e75.jpg