Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

critères de financement

  • Menaces sur l'action culturelle cinématographique /6

    Le milieu associatif, à tous les niveaux, est donc placé face à cette alternative : soit s’attacher à démêler les fils de la novlangue technocratique, se conformer aux critères, et obtenir des financements qui seront de plus en plus soumis à une concurrence internationale (et « à la fin, il ne doit en rester qu’un ») ; soit élaborer des stratégies de résistance, et réaffirmer des principes politiques fondamentaux sans craindre de se voir taxé d’archaïsme. Une politique nationale ce serait aussi que les moyens soient donnés de porter ces valeurs partout où existent des individus et des collectifs engagés, en France et à l’étranger, en privilégiant le partenariat sur la base politique et éthique qui a engendré l’exception culturelle française, et non pas sur la base d’une conformation aux critères d’éligibilité à tel ou tel programme de la Commission européenne. Cela signifie qu’il ne faut pas vivre la situation d’exception culturelle comme un bastion à défendre, mais bien plutôt comme la base de reconquête d’un espace de citoyenneté qui se rétrécit de jour en jour. Pour ce faire, les associations culturelles elles-mêmes doivent retrouver du désir d’insoumission que l’on voit s’exprimer chez notre jeunesse métissée. Face à une idéologie libérale qui s’impose violemment dans tous les secteurs, il vient un temps où le consensus n’est plus tenable, et où le choix et le parti pris deviennent nécessaires.