Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le baiser mortel du dragon

  • Quelle écriture pour l'Histoire du Cinéma? /10

    Sur le plan méthodologique, il manque en France une assimilation des apports des Cultural Studies, Star Studies et Gender Studies, développées en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis depuis quarante ans (sans compter les pays nordiques, ou l’Allemagne) qui ont engendré dans différents domaines disciplinaires mais aussi dans les études de cinéma une manière novatrice d’envisager la recherche. Ces méthodes permettent par exemple de répondre de manière convaincante au constat fait par Brunetta à propos des oppositions dispersion/interdépendance, et centralisation/polycentrisme. e816c7162b56dd480ec8b8b2dd2ad15e.jpg
    Les Cultural Studies peuvent se définir ainsi : « Il s’agit de considérer la culture au sens large, anthropologique, de basculer d’une réflexion centrée sur le lien culture-nation à une approche de la culture des groupes sociaux. Si elle demeure fixée sur une dimension politique, la question centrale est alors de comprendre en quoi la culture d’un groupe, et d’abord celle des classes populaires, fonctionne comme contestation de l’ordre social ou à l’inverse comme mode d’adhésion aux rapports de pouvoir. »
    Cette approche intéresse l’historien de cinéma à plusieurs titres. Dans la continuité des « spécialisations » engendrées par les Annales (histoire culturelle, histoire des mentalités), les Cultural Studies permettent d’intégrer la notion de groupe social dans l’analyse du rapport au cinéma, art populaire par excellence. L’histoire du cinéma est indissociable de l’histoire des groupes sociaux qui pratiquent le cinéma. Par exemple, le nombre et le succès de certaines productions de Luc Besson (Le Baiser mortel du dragon de Chris Nahon, 2001), Yamakasi (Ariel Zeitoun, 2000), Taxi (Gérard Pirès, 1998), est indissociable du développement des multiplexes dans les zones de périphérie urbaine fréquentées par un public jeune et populaire en même temps que du renforcement et de la légitimation de l’identité liée à l’appartenance à une « banlieue ». Cette approche aide à penser le fait culturel et artistique dans sa complexité, à l’instar des Star Studies et des Gender Studies qui s’inscrivent dans l’héritage conceptuel et méthodologique des Cultural Studies.

    b5720b81a8a6160c2fd911f88290000b.jpg