Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maxime cervulle

  • Dans le blanc des Yeux

    DANS LE BLANC DES YEUX

    DIVERSITE, REPRESENTATION RACIALE ET VISIBILITE

    Par Maxime CERVULLE

     

    À l'heure où, en France, le débat sur la « diversité » ne cesse de multiplier ses foyers, cet article aborde la question du rôle joué par la « race » dans nos rapports à la culture audiovisuelle et à l'identité. Des entreprises privées, dont une centaine ont récemment signé une « Charte de la diversité », jusqu'au discours du Président de la République Nicolas Sarkozy, annonçant sa volonté d'inscrire la notion de « diversité » dans le préambule de la Constitution, les questions de race et d'ethnicité trouvent aujourd'hui de nombreux espaces de discussions. Monde du travail, éducation, recherche, politique, culture : tous ces pôles se trouvent aujourd'hui directement confrontés aux enjeux de la « diversité ».

    Bien que s'inscrivant au sein d'un ensemble de réflexions actuelles autour de la valorisation de la diversité dans la sphère publique hexagonale, et notamment des débats autour de la sous- ou non-représentation des minorités ethnoraciales sur les écrans, cet article interroge ces enjeux à rebours en analysant le point aveugle du débat : la sur-représentation, voire la quasi omniprésence, des identités blanches dans les cultures audiovisuelles. En ce sens, s'il ne s'agit pas tant à proprement parler d'analyser la diversité des écrans, qu'une forme d'hégémonie culturelle, l'hégémonie blanche. Nous verrons que l'interrogation de ce mode de représentation, ainsi que du rapport qu'entretiennent les publics avec celui-ci, devrait permettre une réflexion sur les freins à la diversité.



    Une première version de cet article a été présentée sous le titre « Politique de l'image : les Cultural Studies et la question de la représentation (raciale) »  lors de la journée d'étude Cultural Studies : genèse, objets et traductions organisée par la Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou à Paris le 20 mars 2009.

    Voir la Lettre de Mission de Valérie Pécresse datée du 5 février 2008, in Michel Wieviorka, La Diversité. Rapport à la Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 7-12.

     

    (la suite de cet article dans le n°33 de Tausend Augen)

  • Tausend Augen n°33

    AU SOMMAIRE DU PROCHAIN NUMERO
    TAUSEND AUGEN #33

     

    Les Griffes de la nuit par José Russell

    Un après-midi de chien par Arnaud Devillard

    "De la Beauté des latrines"

    (compte-rendu du livre de Noël Burch) par Lambert Saint Paul

    Scorsese l'infiltré par Régis Dubois

     

     

    Dossier : La Construction de la norme

     

    Touche pas à la femme blanche                                    par Geneviève Sellier

    La journée de la jupe ou le féminisme

    Instrumentalisé par l'islamophobie

     

    De femme-victime à femme-monstre :                     par Pascale Fakhry

    film d'horreur,

    Woman's film et féminisme dans Rosemary's Baby

     

    Qui a tué Bambi ? Métamorphoses sans retour            par Georges-Claude Guilbert

    (à propos de Michael Jackson)

     

    Dans le blanc des yeux : diversité,                          par Maxime Cervulle

    Représentation raciale et visibilité

     

    (Usages du Porno) :

    éléments pour une cartographie à venir                   par Florian Voros

     

    Je est un autre

    A propos d'Avatar de James Cameron                      par Mehdi Derfoufi

     

    Le malandro dans le cinéma brésilien des années

    De la dictature : un modèle performatif du masculin  par Alberto Da Silva

     

    Politisation du ballon et ballification de

    La politique                                                             par Seyfeddine Ben Mansour

     

     

     

     

     

     

  • POST PORN POLITICS BOOK PRESENTATION AND CELEBRATION at BASSO (berlin)

    * Basso with bbooks, 22 uhr, 30 Jan 10, booklaunch *
    * presentation * celebration * at Basso

    b_books und Tim Stüttgen stellen den Reader zum "post-porn politics"- Symposium vor, ein paar Freund_innen lesen daraus, danach DJanes Bianca Kruk und Slammer Booster, kombiniert mit der Aftershow Party von Aka Symbol @ The Forgotten Bar (Opening Saturday 7 pm Bopp 5). Und das Buch selbst ist auch endlich da. Ein Prachtstück.

    www.basso-berlin.de

    *

    POST PORN POLITICS
    BOOK PRESENTATION AND CELEBRATION at BASSO

    What happens after the p:ornographic moment? What is the post. . . in porn? What is post to the term that is porn? Why watch porn? Why not? Or why not look for “other” porn? Why not produce post-porn? How do we theorize sex performance? How do we produce new body- and sex-technologies? How do we celebrate critical pleasures? How do we analyze and criticize without censorship? Why affirm the fetish? Why sexualize alienation? How do we intensify the relation between theory and practice? Why is power sexy? Why is the body a victim of capitalist commodification? Why don't we perform and show sex differently, instead of idealizing a way back to nature? A symposium on the biopolitics of pornography.

    The concept called "post-porn" was invented by erotic photographer Wink van Kempen and made popular by sexwork-activist and performance artist Annie M. Sprinkle. It claimed a new status of se:xual representation: Through identifying with critical joy and agancy while deconstructing its hetero/normative and naturalising conditions, Sprinkle made us think of sex as a category open for use and appropriation of queer_feminist counter-pleasures beyond the victimising framework of censorship and taboo.

    Contributions by:
    Murat Aydemir (Visual / Cultural Theorist, Amsterdam)
    Bruce La Bruce (Queer Filmmaker, Berlin / Toronto)
    Maxime Cervulle (Queer Theorist, Paris)
    Shu Lea Cheang (Cyber_Visual Artist, Paris / Taiwan)
    Katja Diefenbach (Political Philosopher, Maastricht / Berlin)
    Lee Edelman (Queer Philosopher, Tufts University / USA)
    Stephan Geene (Political Theorist,Berlin)
    Werner Hirsch (Drag_King / Performance Artist, Berlin)
    Katrien Jacobs (Visual / Media Theorist, Hong Kong)
    Maria Llopis / GirlsWhoLikePorno (Filmmaker / Activist, Barcelona)
    Bubu De La Madeleine (Performance Artist / Sexwork Activist, Osaka / Kyoto)
    Matteo Pasquinelli (Political / Media Theorist, Amsterdam / London)
    Beatriz Preciado (Queer Philosopher, Barcelona)
    Annie M. Sprinkle (Performance Artist / Sexwork Activist, San Francisco)
    Elizabeth M. Stephens (Visual / Performance Artist, San Francisco)
    Terre Thaemlitz (Audio / Visual Artist, Kawasaki / Japan)
    Cosey Fanni Tutti (Audio / Visual Artist, London)
    Todd Verow (Queer Filmmaker, New York)
    Tobaron Waxman (Visual Artist / Toronto, New York)
    William Wheeler (Drag_Queen / Performance / Video Artist, Berlin / Mississipi)
    Michaela Wünsch (Cultural / Queer Theorist, Berlin)
    Chantal Zakari (Visual Artist / Media Researcher, Boston)

  • À tout ceux qui ne seront pas en Californie le semestre prochain

     

    henry_headshot.jpg

    Henry Jenkins présente sur son très riche blog (Confessions of an Aca Fan) le contenu du cours qu'il tiendra à partir de la rentrée à la University of Southern California sur le thème Transmedia Storytelling and Entertainment.

    On peut éventuellement regretter de ne pas y assister, mais on peut aussi se réjouir que ce billet fasse office d'introduction au travail d'Henry Jenkins avec une bibliographie structurée de son blog.

    Enfin, en francais, un long entretien avec Henry Jenkins ("Comprendre la culture web 2.0") à lire à partir du 12 septembre dans le premier numéro de la revue POLI, politique de l'image

    couv poli 1.png
  • A lire sous la table

    Paru aux Editions Amsterdam le 24 mai 2008 :

    Eve Kosofsky Sedgwick

    EPISTEMOLOGIE DU PLACARD

    Traduit et préfacé par Maxime Cervulle

    Lorsqu'il fut publié pour la première fois aux Etats-Unis en 1990, Epistémologie du placard devint immédiatement un classique qui, aux côtés des travaux de Judith Butler et Teresa de Lauretis, posa les termes de la "théorie queer". A mi-chemin entre les études féministes et les gay and lesbian studies, Eve Kosofsky Sedgwick déconstruit la sexualité comme Butler le genre. Dans cet ouvrage de référence, elle affirme que l'ensemble de la culture occidentale moderne s'articule autour de l'opposition homo/hétérosexuel et que celle-ci affecte les binarismes qui structurent l'épistémologie contemporaine, de savoir/ignorance à privé/public en passant par santé/maladie.

    S'appuyant sur de nombreux textes datant de la fin du XIXème et du début du XXème siècles (Wilde, Proust, Nietzsche, Melville et James), l'auteur traque l'émergence des nouveaux discours institutionnels médicaux, juridiques, littéraires et psychologiques qui produiront en miroir les figures de "l'homosexuel" et de "l'hétérosexuel", au détriment des multiples différences au coeur des sexualités.

    Placard.jpg

    Eve Kosofsky Sedgwick est professeur émérite à l'université de New York. Elle est notamment l'auteur de Between Men: English Litterature and Male Homosocial Desire (1985), Tendencies (1993) et Touching Feeling: Affect, Pedagogy, Performativity (2003).