Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

michel gondry

  • Les films "suédés" aident-ils à lire le sous-texte de leur modèle ?

    Soyez sympas, rembobinez (Be Kind, Rewind) de Michel Gondry (2008) a remis au goût du jour une pratique du pastiche consistant à rejouer en une durée minime et avec des moyens encore plus minimes un long-métrage (en général à grand succès). Ces pastiches sont dénommés "films suédés" (sweded movies) par les tenanciers du vidéo-club de Be Kind Rewind car ils viennent prétendument de Suède et sont donc plus chers à la location. On trouve  déjà plus de 2300 vidéos taguées "sweded" sur YouTube (le 20 mars 2008) et une trentaine sur DailyMotion. Youtube propose également un mini-site dédié au film.

    Dans cet exercice de minimisation, les films suédés proposent un concentré de l'orginal. Parfois, cela se résume à "A aime B qui aimait C qui était amante de A avant que celui-ci ne tue B par jalousie pour C envers B" - un peu à la manière dont Le Jourde & Naulleau : Précis de littérature du XXIème Siècle (Ed. Mango, 2004  résume un livre d'Emmanuelle Bernheim en notant que le livre ne recèle rien de plus contrairement au fameux résumé de La Recherche proposé par Gérard Genette dans Le Discours du Récit : "Le petit Marcel devient écrivain". Genette traite le récit comme "l'expansion d'un verbe" et considère une tel énoncé narratologique comme "récit minimal" qui peut "s'étoffer par expansions, catalyses, contributions, etc..."

    Si certains films suédés se contentent d'accumuler les références sans pour autant les articuler et les redéployer à leur propre usage, d'autres sont plus subtils et se réapproprient ces éléments et non seulement proposent des embryons de récits mais mettent aussi en évidence les grands récits qui travaillent les films modèles. Ainsi, dans la production nantaise James Bond, "Le Capital" suédé, sont remis en scène le discours orientaliste avec le chaos de Casablanca opposé à la finesse londonienne, la mélancolie pour un système bipolaire avec des ennemis "clairs", la peur du Rouge et la fétichisation de la théorie marxiste - soit, de nombreux discours traversant comme sous-texte les James Bond. L'astuce ici est peut-être d'avoir préféré créer un nouvel épisode permettant d'articuler tout cela plutôt que de se limiter à un film pré-éxistant.