Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

occident blanc hétérosexuel

  • Avatar - Les raisons du succès/3 De quoi nous rassurer en temps de crise

    Pourquoi donc Avatar serait-il un récit rassurant pour l’occident blanc hétérosexuel assiégé par des menaces multiples ?


    Le corps malade de l’ancien G.I. qui se sublime dans le corps cloné du Na’vi (plus grand, plus viril, plus fort) fournit une réponse à l’angoisse du déclin de la race blanche qui étreint les populations occidentales, du discours sur la perte de fertilité du sperme occidental due à nos modes de vie oisifs à la crainte du métissage, contournée ici par une annexion pure et simple du corps alien.

     

    Dans des sociétés où le politique semble avoir renoncé à tout projet de transformation sociale fondé sur, disons, des valeurs d’égalité sociale et d’intérêt collectif, la quête de l’expérience authentique, la réalisation de soi, et la conscience écologique entendue au sens d’une harmonie mystico-physiologique avec la biosphère qui n’en demandait pas tant (de la purification métabolique via la nourriture bio aux savants calculs sur les taux de pollution carbone ou autre) apparaissent comme les refuges théologico-politiques de l’occidental blanc hétérosexuel, susceptibles de revivifier les fondements de sa domination hégémonique. Les dangers de la technologie mal utilisée renvoient à l’idéal douteux d’un prélude édénique à la société industrielle, un idéal de Nature auquel s’oppose la Culture dévoyée de l’ennemi de classe, condensé dans une sorte de mystérieuse « multinationale » financière raisonnant à coups de profits pour les actionnaires, à laquelle de surcroît l’Humanité proprement dite se trouve réduite. Même le représentant de cette « compagnie » semble éprouver des doutes et des remords sur l’action qu’il conduit au nom des intérêts de ses employeurs.

     

    C’est dire que la critique porte avant tout non pas sur les fondements du système, mais sur son détournement.

     

    Le récit d’Avatar nous rassure, parce qu’il nous montre que dans un monde où la position que nous occupons est de plus en plus contestée (terrorisme, immigration, métissages en tous genres, affirmation des « minoritaires » et des « subalternes » dans le champ politique et culturel, islam, démographie, maladies, réchauffement climatique, capitaux des monarchies pétrolières, puissance économique et militaire de la Chine, de l’Inde, du Brésil, etc), il existe des voies pour nous permettre de maintenir la domination que nous exerçons depuis « toujours » (notamment en allant puiser auprès des peuples primitifs mais authentiques, comme dans un puits de pétrole, les ressources revitalisantes). Certes, ces voies nécessiteront peut-être que nous acceptions de prendre un peu de couleur, mais après tout qu’importe dans la mesure où la cela nous permet de préserver la nature des rapports de pouvoir qui déterminent la primauté de l’identité blanche sur les autres ?