Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

postcolonial

  • La République lave plus Blanc

    Par Mehdi Derfoufi

    Le succès populaire d’Indigènes (sorti en salles en septembre 2006, le film aura réalisé environ 4 millions d’entrées au cinéma, sans compter l’exploitation DVD, et l’audience à venir à la Télévision…) a violemment contrasté avec les révoltes dans les banlieues qui avaient fait l’actualité quasiment un an auparavant. Il est impossible de ne pas mettre en perspective les deux événements. Car le film de Rachid Bouchareb n’a pas été conçu comme un film de guerre historique parmi d’autres. Sur un sujet délicat, touchant à l’histoire officielle, il cherche à faire œuvre d’exemplarité, avec un objectif annoncé : réécrire à leur profit l’histoire des combattants maghrébins enrôlés dans l’armée française durant la Seconde Guerre Mondiale. Mais le film parle-t’il vraiment de cela ?

    301889240.jpg

    Indigènes fait partie de ces films sortis ces dernières années qui mettent en scène une réécriture de l’Histoire officielle, la « Grande Histoire». L’ouverture des archives à l’Est a constitué un tournant majeur qui explique en partie la promotion auprès du grand public de la « petite histoire », et la place considérable prise par le témoignage et l’ensemble des expériences individuelles comme sources légitimes dans la constitution de la mémoire historique collective. Au cinéma, on observe que pour nombre de films « historiques » la mise en scène d’une réécriture de l’histoire permet d’intégrer la critique du modèle antérieur, tout en reconstituant une version acceptable pour la représentation dominante. A gauche en particulier, le déni caractéristique de la période précédant la Chute du Mur n’étant plus une posture tenable, il semblerait que l’enjeu au fond soit d’intégrer les faits historiques dans une représentation acceptable qui ne fasse pas table rase du passé (puisque l’absence de refondation idéologique fait que la gauche ne dispose d'aucun discours crédible et légitime), tout en inscrivant celle-ci dans le discours idéologique dominant. Autrement dit, l’abolition de la propriété privée n’est plus à l’ordre du jour, mais à l’Est « tout n’était pas à jeter » (Goodbye Lénine). Ce développement propice à la mélancolie est l’expression de la tendance suicidaire de la gauche qui se manifeste à tous les niveaux avec une acuité accrue en France.


    Retrouvez l'intégralité de cet article dans le n°32 de Tausend Augen