Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ta#33

  • "Touche pas la femme blanche : La Journée de la Jupe ou le féminisme instrumentalisé par l'islamophobie"

    Par Geneviève Sellier (1)

    Le succès du film Indigènes au Festival de Cannes et sur les écrans en 2006 et la popularité grandissante du comédien Jamel Debbouze (producteur du film) à la télévision avec le Jamel Comedy Club sur Canal+ (2006) semblaient témoigner d'une nouvelle visibilité positive des minorités françaises issues des anciennes colonies, mais la diffusion sur Arte (la chaîne culturelle franco-allemande) en 2009 de La Journée de la jupe, avec Isabelle Adjani, réactive les débats qui ont secoué le pays en 2004 au moment du vote de la loi sur les signes religieux à l'école publique, plus connue comme « loi contre le foulard » (ou « contre le voile »). Avant qu'un groupe de députés de tous bords ne soulève en juin 2009 le « problème de la burqa », immédiatement repris par toute la presse puis par le Président de la République dans son discours devant le Congrès réuni à Versailles le 22 juin, laissant penser que la laïcité républicaine serait menacée par les quelques femmes (2) qui se couvrent d'un voile intégral (3). Cette réactivation régulière d'une figure d'altérité menaçante liée à l'islam permet de créer une union sacrée autour de la défense des valeurs « républicaines » et « laïques » qui dispense de lutter concrètement d'une part contre les discriminations de toutes sortes qui frappent les Français-es issu-e-s des anciennes colonies et d'autre part contre les inégalités persistantes entre hommes et femmes dans la société française.

    [...]


    (1) Je remercie Sophie Broza, Delphine Chedaleux, Astrid Condis, Mehdi Derfoufi, Gwenaëlle Le Gras et Charlotte Sanson de leurs remarques qui ont enrichi cet article.

    (2) Deux notes de la police française, transmises au gouvernement, concluent que le port de la burqa est un phénomène ultra-minoritaire, selon Le Monde du 29 juillet 2009. L'une des deux notes, celle qui provient de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI), estime que 367 femmes porteraient la burka en France. Ce chiffre est issu de l'observation, sur tout le territoire, des équipes des services de renseignements. «Une majorité de ces femmes identifiées portent le voile intégral volontairement; la plupart d'entre elles ont moins de 30 ans; 26% sont des Françaises converties à la religion musulmane ».

    (3) Une commission parlementaire a même été créée pour traiter de ce grave problème, au moment où la crise économique entraine en France des milliers de suppression d'emplois...


    (Lire l'intégralité de l'article de Geneviève Sellier dans le n°33 de Tausend Augen)

     

  • Tausend Augen n°33

    AU SOMMAIRE DU PROCHAIN NUMERO
    TAUSEND AUGEN #33

     

    Les Griffes de la nuit par José Russell

    Un après-midi de chien par Arnaud Devillard

    "De la Beauté des latrines"

    (compte-rendu du livre de Noël Burch) par Lambert Saint Paul

    Scorsese l'infiltré par Régis Dubois

     

     

    Dossier : La Construction de la norme

     

    Touche pas à la femme blanche                                    par Geneviève Sellier

    La journée de la jupe ou le féminisme

    Instrumentalisé par l'islamophobie

     

    De femme-victime à femme-monstre :                     par Pascale Fakhry

    film d'horreur,

    Woman's film et féminisme dans Rosemary's Baby

     

    Qui a tué Bambi ? Métamorphoses sans retour            par Georges-Claude Guilbert

    (à propos de Michael Jackson)

     

    Dans le blanc des yeux : diversité,                          par Maxime Cervulle

    Représentation raciale et visibilité

     

    (Usages du Porno) :

    éléments pour une cartographie à venir                   par Florian Voros

     

    Je est un autre

    A propos d'Avatar de James Cameron                      par Mehdi Derfoufi

     

    Le malandro dans le cinéma brésilien des années

    De la dictature : un modèle performatif du masculin  par Alberto Da Silva

     

    Politisation du ballon et ballification de

    La politique                                                             par Seyfeddine Ben Mansour

     

     

     

     

     

     

  • [Suite de] Football et politique, encore et encore

    17 juillet 2009:

    Le numéro 33 de la revue tausend augen se penchera sur les représentations du football. Il y a beaucoup de choses à dire et à écrire, nous savons déjà que nous n'en couvrirons qu'une infime partie.

    Un spot publicitaire de la plus grosse companie Israélienne de téléphone portable, Cellcom, suscite la colère et l'appel au boycott d'Israéliens et de Palestiniens qui y voient une minimisation de la gravité dun conflit, de la politique Israélienne sur la bande de Gaza et de la présence du mur. On y voit des soldats Israéliens dans leur jeep militaire le long du mur lorsqu'un ballon venu du côté Palestinien tombe sur le capot. Ils appellent d'autres militaires avec leurs portables et commencent à jouer à renvoyer le ballon de l'autre côté et communiquent ainsi avec la Palestine uniquement par ballon interposé, Palestine où la caméra n'ira jamais d'ailleurs.

     

     

    [via Cargo-Film et Süddeutsche Zeitung]

     

    Addendum 26 juillet 2009: Une "réponse" postée sur Youtube: