Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

un après-midi de chien

  • L'Amérique sur le trottoir d'en face

    Un après-midi de chien
    Par Arnaud Devillard

    "Il aurait existé un cahier des charges du film hollywoodien typique des années soixante-dix, Un après-midi de chien, de Sidney Lumet (Dog day afternoon, 1975) l’aurait rempli presque à la perfection. Une approche documentaire (le scénario tiré d’un fait divers, la séquence du générique, l’absence de musique de film), des allusions à la guerre du Vietnam, aux émeutes raciales, à l’assassinat de John F. Kennedy, des choix sexuels « différents » (homosexualité, transsexualité), des anti-héros marginaux, la crise économique, une méfiance pour les autorités et le sad-ending de rigueur. Mais par rapport aux productions de l’époque, le film de Lumet a la particularité de ramasser son propos en une unité de lieu, de temps et d’action. Cette approche très théâtrale, au sens littéral du terme on le verra, est l’occasion de dresser un portrait-robot de l’état du pays."

    7ce03eee798fab45e742e8e42faf898c.jpg



    Retrouvez l'intégralité de l'article d'Arnaud Devillard dans le n°33 de Tausend Augen, à paraître.

    Un après-midi de chien a fait l'objet d'une récente réédition en copies neuves, et fait partie des films retenus pour la deuxième édition de l'opération "Une saison de répertoire" organisée par De la suite dans les images et Tausend Augen en Nord-Pas-de-Calais.

    En suivant l'actualité du blog de la rédaction, vous serez tenus au courant des dates et lieux des prochains débats organisés par Tausend Augen autour de ce film.